Les actions de l'association

Projet: " De l'eau pour la vie "

 

L’association « Enfants de chez moi » envisage la construction du château d’eau et la fourniture d’équipements pour finaliser le forage d’eau de la ferme, nécessaire à l’auto alimentation des enfants du centre Sainte famille.

Le centre Sainte famille créé depuis douze (12) ans, accueille les enfants orphelins, abandonnés ou victimes de maltraitance. Créé et géré par le père Maximin MASSI-DAZOGBO, Il dispose d’un site à Cotonou et un autre à Savalou, (centre du pays) qui s’occupent de soixante-neuf (69) enfants  âgés de quatre à dix-sept (04-17) ans. Au début, le père Maximin MASSI-DAZOGBO recueillait les enfants, leurs louait des logements et les nourrissait. C’est avec l’augmentation du nombre d’enfants, qu’il décida de construire un grand centre d’accueil.

Les aides extérieures devenant de plus en plus rares, le centre à décider de réduire ses dépenses alimentaires sans pour autant manquer de vivres. C’est ainsi qu’en 2007 Il a mis en place une ferme dans le but de s’auto-alimenter. La ferme se situe dans la ville de Ouidah à une heure de route de Cotonou. On y cultive des céréales (maïs, haricot) et y élève des animaux (porcs, canards, moutons, poulets) destinés à la consommation.

Cette exploitation  de trois (3) hectares consomme énormément d’eau pour l’irrigation des plantes et l’abreuvage des animaux. Ne pouvant subvenir à ce besoin en utilisant l’eau fournie par  la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) en raison du coût, trois puits ont été construits sur le domaine mais deux restent taris malgré les nombreux efforts pour y ramener de l’eau.

 Il n’y a donc qu’un seul puits fonctionnel, qu’un employé et deux stagiaires (tous des anciens enfants du centre) utilisent pour l’approvisionnement en eau. Ils puisent l’eau grâce à un mécanisme de poulie archaïque et aliénant qui  consiste à attacher un seau à une corde, fixer la corde sur le système de poulie pour la faire descendre et remonter du puits  par la force des bras. Méthode qui prend beaucoup de temps et qui ne permet pas une bonne exploitation de la ferme.

 Pour pallier à cette difficulté et améliorer la rentabilité du site, la construction d’un forage d’eau a été entamé en 2014, mais faute de moyens est actuellement interrompue. Du dispositif, il manque pour achever les travaux :

- le château d’eau, une construction destinée à placer la citerne en hauteur pour permettre de distribuer l’eau sous pression.

- Les tuyaux pour le raccordement entre la pompe et la citerne

- le groupe électrogène pour alimenter la pompe immergée et autres dispositifs électriques

-  et la citerne  pour l’entreposage de l'eau dans un réservoir qui joue un rôle de tampon entre le débit demandé et le débit fourni par la station de pompage. Il permet ainsi d'éviter de démarrer trop souvent la pompe et de la protéger.

L’achèvement de ce forage d’eau aura un impact indéniable car ainsi la pérennité et le développement de l’exploitation seront assurés. Aussi il allègera la tâche des employés, améliorera la qualité et la quantité de production, nécessaire pour l’alimentation des enfants du centre.  C’est ce souhait que nous aimerions réaliser pour eux.

 

Projet: " Espoir de vivre "

 

Pour son second projet, l’association « Enfants de chez moi » envisage une aide aimentaire d'urgence au profit des enfants de l’orphelinat «Cité d’Espoir» en offrant des vivres et produits de premières nécessités.

L’orphelinat « Cité d’Espoir » d’Abomey-Calavi a été créée par l’Organisation non gouvernementale la Bergerie de Dieu.

L’organisation non gouvernementale la Bergerie de Dieu est une organisation confessionnelle , apolitique et à but non lucratif. Elle a été créée le 25 Mai 1994 à Wolloguèdè et son siège social est situé dans la commune de Cotonou département du Littoral au Bénin. Le fondateur est le Révérend  GLAGLANON Ferdinand qui avec l’aide d’autres membres assurent  avec diligence et  responsabilité  le devenir de ladite organisation qui comporte une ferme agro- pastorale avec des activités génératrices de revenus et trois structures fonctionnelles dont l’orphelinat « Cité d’Espoir ».

L’ ONG a pour objet : l’accueil, l’encadrement social , professionnel et religieux des enfants de tous âges sans discrimination aucune , susceptibles d’être considérés comme malheureux( orphelins, enfants abandonnés en vue de leur intégration progressive à la vie socio professionnelle). A ce titre, elle est appelée à  gérer des orphelinats, des centres de santé, des écoles des ateliers de formation.

Suite aux diverses discussions menées avec le Directeur du Centre, l’alimentation apparaît comme le plus grand et le plus couteux besoin de l’orphelinat. Il représente près de 70% du budget de l’orphelinat, qui essaye d’y satisfaire au mieux grace à ses activités génératrices de revenus (savonnerie et moulin à maïs).

Mais la situation économique actuelle ne permet plus à l’Orphelinat d’assurer une alimentation complète des enfants. Les activités menées par l’Organisation Non Gouvernementale  ne génèrent plus assez de revenus. les divers dons de divers orgnismes ou particuliers  sont devenus de plus en plus rares, ce qui rend les fins de mois difficiles et oblige à une diminution des rations alimentaires pour pouvoir tenir au maximum. 

C’est au regard de ces éléments, que notre association souhaite offrir les vivres suivants qui, un temps soit peu, pourront permettre aux dirigeants du centre de souffler, tout en continuant à assurer les besoins alimentaires des enfants :

-           Céréales (sac de riz, sac de maïs)

-           Cartons de pates alimentaires (spaghetti, macaroni)

-           Carton de couscous,

-           Sac de  gari ( farine de manioc)

-           Cartons de tomates en boîte

-           Bidon d’huile

-           Sac d'haricot

-           Carton de biscuit

-           Boîte de lait

-           Carton de sucre

A quoi va servir le financement ?

Nous faisons appel à vous pour le financement d'une partie du projet dont le coût total est de 390,47 € réparti comme suit:

Total : trois cent dix-huit euros et trois centimes  (318,03 euros)
Frais de commission de la plateforme de collecte de fond (ulule) : 25,44 euros
Frais d’envoi de la collecte à Cotonou via Moneygram : 17 euros
Frais de location pour le transport des aliments vers l’ONG : 30 euros

Pour un Total de : Trois cent quatre-vingt-dix euros quarante-sept centimes (390,47 euros)